Introduction

Le Fonds d’urgence pour les journalistes canadiens a été créé pour ses membres journalistes en activité en temps de crise. Une presse libre au Canada signifie que les journalistes devraient pouvoir faire des reportages sans crainte d’agression physique ou verbale, d’intimidation ou de toute autre forme de persécution.

Grâce au généreux soutien de la Fondation Inspirit, l’ACJ est en mesure d’accorder des micro-subventions allant jusqu’à 500 $ pour le soutien aigu nécessaire pour couvrir les dépenses à court terme liées aux menaces et aux crises causées par le travail de journaliste. Le financement n’est pas destiné à apporter des solutions à long terme et, en plus de solliciter cette source de soutien financier important, l’ACJ encourage tous les candidats potentiels à rechercher également des mesures à long terme pour les aider à résoudre le problème actuel.

Les demandes seront traitées selon le principe du premier arrivé, premier servi et donneront la priorité à celles issues de communautés marginalisées et à celles dont les moyens financiers les empêchent de rechercher d’autres soutiens.

Détails du programme

Le fonds fournira aux journalistes en activité un soutien financier d’urgence (par exemple, des microsubventions) pour couvrir les coûts à court terme résultant d’incidents inattendus liés au travail.

Un soutien financier pourrait couvrir des besoins immédiats inattendus, tels que :

  • De petites subventions pour les dépenses psychologiques et médicales destinées à faire face à des blessures physiques ou émotionnelles directement liées aux menaces et aux crises causées par le travail de journaliste ;
  • Frais préliminaires liés à un accompagnement juridique ou à un litige lié à son travail de journaliste
  • Prise en charge de services de formation ou de sécurité numérique
  • Autres situations d’urgence liées à la pratique du journalisme (par example, sécurité, hébergement d’urgence)

Afin de garantir que les fonds sont décaissés correctement et que les mesures de responsabilisation nécessaires soient en place, l’admissibilité aux fonds de soutien d’urgence serait ouverte à tous les membres votants de l’Association canadienne des journalistes et exigerait également que :

  • La situation d’urgence ou les crises est le résultat direct du travail journalistique ;
  • La situation est confirmable par une source fiable autre que le demandeur

Un formulaire de candidature serait rempli, décrivant :

  • Une brève description du besoin de fonds et de l’acuité de la menace ou du problème de sécurité
  • Comment les fonds seront dépensés
  • Preuve des montants nécessaires
  • Déclaration qu’aucun avantage en matière de santé et de bien-être n’existe auprès de l’employeur actuel pour couvrir les dépenses, le cas échéant. Lorsque des avantages existent, mais ont déjà été pleinement utilisés, une déclaration soulignant ce fait est nécessaire.
  • Preuve de besoin financier, démontrant à la fois la nécessité d’une micro-subvention et la nécessité éventuelle d’une bourse unique pour devenir membre de l’ACJ.
  • Informations de base telles que le nom, l’adresse, les coordonnées, ainsi que les informations bancaires pour les fonds à déposer au destinataire
  1. Les candidatures sont reçues par le personnel de l’ACJ, qui effectue un premier examen de la candidature, afin de s’assurer que le comité exécutif dispose de tout ce dont il a besoin pour rendre sa décision.
  2. La candidature et toutes les pièces justificatives sont partagées en toute sécurité avec le comité exécutif.
  3. Le comité exécutif discute de la demande de manière asynchrone et rend sa décision, à moins que des renseignements supplémentaires ne soient requis.
  4. Le comité exécutif dispose de tous pouvoirs pour déterminer la valeur approuvée pour chaque demande, en approuvant ou en refusant en tout ou en partie.
  5. Si des informations supplémentaires sont nécessaires, le personnel de l’ACJ en fera la demande au candidat et renverra les résultats au comité exécutif pour poursuivre les procédures.
  6. Lorsque le comité exécutif rend sa décision, celle-ci est transmise au demandeur par le personnel de l’ACJ.
  7. Si la demande est approuvée, le personnel de l’ACJ procède au paiement du demandeur, en s’assurant de demander/recevoir tous les reçus/documents de confirmation nécessaires.
  8. Les candidatures sont examinées et évaluées selon le principe du premier arrivé, premier servi.