L’Association canadienne des journalistes (ACJ) a été extrêmement déçue d’apprendre que près de trois douzaines de journalistes syndiqués travaillant dans les bureaux de Global News répartis à travers le pays ont été licenciés cette semaine.

Selon un reportage de CBC News, 35 emplois ont été perdus. Vingt-cinq postes ont été supprimés dans l’Ouest canadien, dont 13 à Calgary, huit à Edmonton, un à Vancouver et trois à Lethbridge. Les 10 pertes restantes proviennent de l’Ontario : trois au bureau d’Ottawa de Global et sept à Toronto.

Corus, la société mère de Global News, n’a pas encore publié de communiqué officiel confirmant le nombre total d’emplois perdus ni les noms précis des journalistes qui ont perdu leur emploi.

« Il est extrêmement décevant de constater qu’une fois de plus, ce sont les journalistes de première ligne qui subissent les conséquences du modèle commercial brisé de l’industrie », a déclaré Brent Jolly, président de l’ACJ. « Les licenciements peuvent servir de palliatif à court terme à des bilans assiégés, mais ils déstabilisent encore davantage et nuisent à la démocratie. »

Selon une note interne distribuée aux employés de Global News et rapportée par CBC News, Corus a déclaré que les changements sont « conçus pour préparer notre division de nouvelles à une pression économique accrue, à mesure que l’industrie continue d’évoluer, alors que les plus grands géants internationaux de la technologie proposent du contenu et plateformes publicitaires directement aux Canadiens et monopoliser le paysage publicitaire canadien.

Les suppressions d’emplois chez Global News font suite à deux développements majeurs qui ont un impact sur les finances de la société mère.

D’une part, Corus a annoncé la semaine dernière qu’elle perdait ses accords de programmation avec Warner Bros. Discovery à la fin de l’année. Cela comprenait des accords avec de grandes marques de divertissement, notamment HGTV, Food Network et d’autres.

D’un autre côté, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a ordonné aux services de diffusion en continu étrangers, tels que Netflix et Spotify, de verser cinq pour cent de leurs bénéfices canadiens annuels dans un fonds destiné à soutenir les nouvelles locales et la production de contenu canadien. .

L’ACJ convient que des changements réglementaires et politiques sont désespérément nécessaires pour soutenir le journalisme canadien en cette époque de vastes changements technologiques. À une époque de polarisation politique et sociale accrue, le journalisme d’investigation de service public, qui constitue l’élément vital de la responsabilité au Canada, ne peut être marginalisé.

« Aujourd’hui, de nombreux journalistes, en particulier des femmes et des journalistes de couleur, sont confrontés à la haine et au harcèlement sur le terrain et dans leur monde numérique. La lutte contre l’insécurité de l’emploi constitue une autre menace exceptionnelle à la liberté de la presse au Canada et menace de miner notre mode de vie démocratique », a déclaré Jolly.

« Mettre en disponibilité plus de deux douzaines de journalistes au cours d’une année électorale en Alberta est absolument dévastateur. Le journalisme fait le commerce de la vérité et de la responsabilité, et sacrifier les journalistes au service du résultat net ne fait que laisser les communautés canadiennes vulnérables aux campagnes de désinformation qui peuvent rapidement se propager comme une traînée de poudre, si rien n’est fait pour les contrôler. »

L’ACJ partagera des informations supplémentaires sur cette dernière série de licenciements lorsqu’elles pourront être confirmées. Nous sommes solidaires de nos collègues du monde entier pendant cette période difficile.

Note de l’éditeur : Cette déclaration a été modifiée le 24 juin à 14h15 (HE). Auparavant, il était indiqué que Farah Nasser faisait partie des personnes licenciées chez Global News. Nasser a quitté Global News dans le cadre de la restructuration. L’ACJ regrette cette erreur.

L’ACJ est la plus grande organisation professionnelle nationale du Canada pour les journalistes de tous les médias, représentant des membres à travers le pays. Les rôles principaux de l’ACJ sont de fournir un développement professionnel de haute qualité à ses membres et un plaidoyer d’intérêt public.

Renseignements: Brent Jolly, président, Association canadienne des journalistes, brent@caj.ca

Partager cette publication !

Faire un don

Dernières nouvelles

Les archives

Plan stratégique de l’ACJ 2024-2027

Fil d’actualité Cision

Messages X récents

For privacy reasons X needs your permission to be loaded. For more details, please see our Privacy Policy.
I Accept