Ottawa, le 21 décembre 2022 / CNW / – L’Association canadienne des journalistes (ACJ) est heureuse de publier les résultats de son deuxième sondage national annuel sur la diversité dans les salles de presse canadiennes.

L’ACJ a recueilli des données sur 5 012 journalistes de 242 salles de presse de la radio, de la télévision, des médias numériques et de la presse écrite au Canada. Cela représente une augmentation par rapport aux 3 873 journalistes dans 209 salles de presse dans les résultats de l’enquête inaugurale de 2021. L’ACJ a travaillé avec des experts en données et en analyse de Qlik pour développer un site Web interactif permettant de visualiser les résultats.

Le sondage de cette année représente l’ensemble de données le plus complet sur la répartition par genre et par race des salles de presse canadiennes. C’est la deuxième année que ce sondage, qui est volontaire, est distribué. Au total, l’ACJ a envoyé des invitations à 760 salles de presse pour répondre au sondage.

 « Cette année, nous avons l’occasion de voir une comparaison d’une année à l’autre de l’évolution des salles de presse canadiennes », a déclaré le président de l’ACJ, Brent Jolly. « L’ACJ remercie tous les médias qui ont répondu au sondage et nous ont permis de poursuivre cette conversation cruciale. Grâce à des données comparatives, nous sommes désormais en mesure de documenter l’évolution des salles de presse. »

De 2021 à 2022, le pourcentage de journalistes asiatiques est resté similaire avec 10 % en 2021 et 7,1 % en 2022. Le pourcentage de journalistes blancs est passé de 74,9 % en 2021 à 77,9 % en 2022. Les journalistes autochtones ont légèrement diminué, passant de 6,4 % à 4,6 %. Les journalistes latins sont également passés de 1,3 % en 2021 à 1,2 % en 2022.

Le pourcentage de journalistes métis, noirs, moyen-orientaux et latins a tous modérément augmenté en 2022. Les journalistes métis sont passés de 3,1 % en 2021 à 3,2 %, tandis que les journalistes noirs sont passés de 2,5 % à 3 %. Les pourcentages de journalistes du Moyen-Orient sont passés de 1,7 % en 2021 à 2,4 % en 2022.

« Les médias canadiens deviennent très légèrement plus diversifiés à mesure que les salles de presse embauchent plus de journalistes noirs, moyen-orientaux et de race mixte », a déclaré Zane Schwartz, chef de comité national de l’ACJ et responsable du sondage. « Cependant, ces journalistes obtiennent en grande partie des stages et des emplois à temps partiel. Les postes les plus élevés et les plus stables continuent d’être dominés par des journalistes blancs ».

Les journalistes blancs occupent 82,9 % des postes de superviseur et 84,3 % des trois postes de direction principaux dans les salles de presse.

La Fondation canadienne des relations raciales (FCRR) a joué un rôle fondamental dans la réalisation de ce sondage. La FCRR a généreusement fourni 30 000 $ à l’ACJ sur trois ans pour soutenir l’enquête. Ce financement a permis à l’ACJ d’embaucher son premier agent d’enquête sur la diversité et de soutenir deux stagiaires en enquête sur la diversité.

En 2021, 80 % des salles de presse n’employaient aucun journaliste autochtone ou appartenant à une minorité visible dans les trois principaux rôles. En 2022, 77 % n’employaient aucun journaliste autochtone ou appartenant à une minorité visible dans les trois principaux rôles.

Environ 80 % des médias qui ont participé n’ont pas de journalistes latins, moyen-orientaux, race mixte, noirs ou autochtones dans leur personnel.

Lorsque des journalistes autochtones et de minorités visibles sont embauchés, ils ont tendance à être concentrés dans une poignée de grandes salles de presse. Environ 15 % des salles de presse emploient exclusivement des journalistes blancs.

Un rapport complet détaillant les résultats nationaux, la méthodologie, les comparaisons d’une année sur l’autre, les limites des données et une liste complète des participants peut être consulté sur le site Web de l’ACJ.

Comme ce fut le cas en 2021, la société de données et d’analyse basée en Pennsylvanie Qlik a continué à jouer un rôle essentiel dans ce projet. Ils ont fourni à l’ACJ des analyses de données et des visualisations des résultats de l’enquête, permettant aux utilisateurs d’interagir avec les résultats de l’enquête de la salle de presse en fonction de facteurs tels que la race, le genre et le poste.

« Il est essentiel de rendre les données liées à tout défi plus claires et compréhensibles pour faire ressortir les problèmes sous-jacents et explorer les solutions potentielles », a déclaré Chuck Barron, directeur de l’équipe de démonstration chez Qlik. « Nous sommes fiers de travailler avec l’ACJ pour raconter l’histoire derrière les données qui aideront les gens au Canada et partout dans le monde à mieux comprendre cet important enjeu ».

Principales conclusions :

  •  Au total, le sondage a permis de recueillir des données sur 5 012 journalistes travaillant dans 242 salles de presses.
  •  Cinquante pour cent de l’ensemble du personnel des salles de presse s’identifient comme des femmes, contre 49 % qui s’identifient comme des hommes et 0,4 % qui s’identifient comme non binaires. 
  •  Soixante-dix-huit pour cent des journalistes s’identifient comme blancs, 4,6 % comme autochtones et 17,5 % comme membres d’une minorité visible. 
  •  Environ 8 salles de presses sur 10 ont déclaré ne pas avoir de journalistes latins, de race mixte ou originaires du Moyen-Orient dans leur personnel. 
  •  Environ 8 salles de presses sur 10 ont déclaré ne pas avoir de journalistes noirs ou autochtones dans leur personnel. 
  •  Quatre-vingt-trois pour cent des superviseurs s’identifient comme blancs, contre 2,7 % qui s’identifient comme noirs, 3,5 % qui s’identifient comme autochtones et 5,5 % qui s’identifient comme asiatiques. 
  •  Soixante-dix-sept pour cent des salles de presses déclarent ne pas avoir de minorités visibles ou de personnes autochtones dans les trois principaux postes de direction des salles de presses. 
  •  Les journalistes noirs sont plus susceptibles d’occuper un poste à temps partiel, par rapport à un poste de superviseur, 2,7 % des superviseurs s’identifiant comme noirs et 4,3 % des employés à temps partiel s’identifiant comme noirs. 
  •  Douze pour cent des stagiaires s’identifient comme autochtones, contre 3,5 % des superviseurs. 
  • Seulement 0,2 % des superviseurs s’identifient comme non-binaires, contre 2,5 % des stagiaires qui s’identifient comme non-binaires.

À propos de l’ACJ

L’ACJ est la plus grande organisation professionnelle nationale au Canada pour les journalistes de tous les médias, représentant plus de 1 300 membres à travers le pays. Les principaux rôles de l’ACJ sont d’offrir un perfectionnement professionnel de qualité à ses membres et de défendre l’intérêt public.

À propos de Qlik

La vision de Qlik est un monde axé sur les données, où chacun peut utiliser les données et l’analytique pour améliorer la prise de décision et résoudre ses problèmes les plus complexes. Entreprise privée, Qlik propose des solutions d’intégration et d’analyse de données en temps réel, optimisées par Qlik Cloud, pour combler les écarts entre les données, les informations et l’action. En transformant les données en Active Intelligence, les entreprises peuvent prendre de meilleures décisions, améliorer les revenus et la rentabilité et optimiser les relations avec les clients. Qlik sert plus de 38 000 clients actifs dans plus de 100 pays.

Pour plus d’informations :

Brent Jolly, président, Association canadienne des journalistes, (289) 387-3179, brent@caj.ca; Zane Schwartz, chef de comité national et responsable du sondage, Association canadienne des journalistes, zane@caj.ca, (604) 396-4699.

Faire un don

Dernières nouvelles

Les archives

Fil d’actualité Cision

Messages X récents

For privacy reasons X needs your permission to be loaded. For more details, please see our Privacy Policy.
I Accept