TORONTO, ONT., le 27 juin 2023 /CNW/ – La ville de Prince George, en Colombie-Britannique, a été choisie comme lauréate municipale du prix du Code du silence 2022 pour ses réalisations exceptionnelles en matière de secret gouvernemental. Le prix souligne les échecs répétés et dévastateurs de la ville à mener efficacement les affaires publiques en public en partageant de manière transparente des informations sur la façon dont l’argent des contribuables est dépensé pour les projets et les opérations de la ville.

« Il y a un schéma de comportement clair à Prince George qu’on ne peut plus laisser s’envenimer », a déclaré Brent Jolly, président de l’Association canadienne des journalistes (ACJ).

« La poursuite de la campagne contre la transparence brosse un tableau troublant d’une ville fonctionnant plus comme une sorte de république bananière lointaine qu’une municipalité dirigée démocratiquement et prête à être tenue responsable de ses actes. »

En particulier, le jury du Code du silence de cette année a été particulièrement troublé par de multiples exemples de ce qu’il a déterminé comme étant des actions « flagrantes ».

Le premier exemple portait sur les projets de la ville de démolir le campement de sans-abri Moccasin Flats en novembre 2021. Alors qu’une ordonnance du tribunal s’est prononcée contre la capacité de la ville à démanteler le campement de sans-abri en raison d’un manque d’alternatives de vie appropriées, la ville a procédé à bulldozer une partie du camp en violation de l’ordre, ce qui a causé un préjudice important aux résidents.

Dans un effort pour comprendre ce qui s’est passé avant la destruction des biens des gens, The Prince George Citizen a déposé des demandes d’accès à l’information qui montraient que le maire et le conseil municipal n’avaient que peu ou pas de connaissance préalable de l’action. Le journal a également appris que le directeur municipal avait délégué des pouvoirs à un autre gestionnaire qui travaillait avec BC Housing.

Deuxièmement, le jury du Code du silence a noté comment Kathleen Soltis, alors directrice municipale, et d’autres cadres supérieurs ont perçu une rémunération des heures supplémentaires à deux fois leur taux horaire pendant la crise d’évacuation des incendies de forêt de Cariboo en 2017. Cela est venu après qu’une analyse des états financiers de la ville a montré que la directrice municipale avait restructuré l’équipe de direction et donné de nouveaux titres et de grosses augmentations de salaire.

Troisièmement, le jury de cette année a été troublé par la façon dont la directrice municipale a caché au conseil municipal le dépassement de coût d’un parking local pendant plus de deux ans. Initialement budgété à un coût de 12 millions de dollars, le conseil municipal a découvert plus tard que le coût était de 34 millions de dollars.

Une enquête sur la situation a révélé que Lyn Hall, le maire de la ville, avait été informé de problèmes financiers potentiels des années auparavant, mais n’avait jamais répondu. Au lieu de cela, une série de courriels a montré que le maire et la directrice municipale avaient commencé à discuter de la manière d’augmenter le pouvoir de dépenser de la bureaucratie, ce qui a permis de masquer le véritable coût des dépassements.

Dans d’autres développements préoccupants, le jury de cette année a noté comment le maire et le personnel de la ville ont aidé l’entreprise privée d’un conseiller municipal à obtenir une subvention provinciale de 157 000 $ sans aucune contribution du reste du conseil, même après que les employés de la ville ont fait part de leurs inquiétudes.

Enfin, la ville a fourni des informations trompeuses au public sur la suspension des employés de la ville en raison de leur statut vaccinal. Après que les responsables de la ville ont déclaré qu’aucun employé de la ville n’avait perdu son emploi, près de deux douzaines de travailleurs ont déclaré avoir été suspendus sans salaire et, par la suite, voir leurs emplois affichés et pourvus.

« Les activités qui ont été entreprises pour entraver le droit du public à savoir à Prince George au cours des dernières années sont un véritable buffet d’embarras qui devrait servir de réveil aux fonctionnaires à travers le pays », a déclaré Jolly. « Les efforts visant à détourner les journalistes de l’odeur des malversations ne font que retarder temporairement l’exposition de la vérité. »

Les prix du Code du silence sont décernés chaque année par l’ACJ, le Centre for Free Expression de l’Université métropolitaine de Toronto (CFE) et les Journalistes canadiens pour la liberté d’expression (CJFE). Les prix visent à attirer l’attention du public sur le gouvernement ou les organismes financés par des fonds publics qui travaillent dur pour cacher des informations auxquelles le public a droit en vertu de la législation sur l’accès à l’information.

Ce prix vient compléter le programme du Code du silence de cette année. En plus de la Ville de Prince George (municipale), le système judiciaire pénal du Québec (provincial), l’Agence des services frontaliers du Canada (fédéral) et le Service de police de Toronto (application de la loi) ont été les malheureux lauréats de cette année.

L’Association canadienne des journalistes est la plus grande organisation professionnelle du pays qui sert à faire avancer les intérêts des journalistes d’un océan à l’autre. Les rôles principaux de l’ACJ sont le travail de défense de l’intérêt public et le perfectionnement professionnel de ses membres.

Renseignements: Brent Jolly, président de l’ACJ, 289-387-3179, brent@caj.ca

Faire un don

Dernières nouvelles

Les archives

Plan stratégique de l’ACJ 2024-2027

Fil d’actualité Cision

Messages X récents

For privacy reasons X needs your permission to be loaded. For more details, please see our Privacy Policy.
I Accept